Qui a dit que le vin rouge belge n'égalait pas ses voisins français ou méditerranéens? Sûrement pas Philippe Grafé, fier propriétaire du Domaine du Chenoy implanté en région namuroise, où sont produits quelques crus 100% belges à déguster sans modération.

C'est après avoir zigzagué à travers les ruelles du petit village de Bovesse que l'on atteint, au bout d'un chemin de terre, le Domaine du Chenoy. Les vignes s'étendent presqu'à perte de vue sur ce terrain de 10 hectares sur les hauteurs de Namur, au pied des bâtiments d'une ancienne ferme du XVIIIème. Ce domaine, c'est la fierté de Philippe Grafé, cet homme si énergique et vif qu'il ne paraît pas ses presque quatre-ving printemps. La retraite? Philippe s'en est bien passé pour vivre de sa passion pour le vin, après avoir travaillé pendant quarante ans à la tête de la maison de négoce Grafé-Lecocq à Namur. Mais que l'a-t-il poussé à tout sacrifier pour se lancer dans cette entreprise si culottée en 2000, lorsqu'il décide de fonder ce vignoble? "J'ai eu une véritable illumination! J'ai beau avoir passé ma vie à boire et vendre des vins, il a fallu attendre mes 62 ans pour que je goûte à un fantastique vin blanc anglais... J'ignorais même que les Anglais étaient capables de faire du vin, alors imaginez ma surprise quand il s'est révélé si délicieux! Se retrouver face à une telle découverte après 40 ans de métier, ça remue", explique-t-il, avec la même passion qu'il a dû ressentir à l'époque.

"Le plus important dans ce vin était son cépage, le Seyval, dont la culture résiste aux conditions météorologiques des pays septentrionaux. Je n'ai plus eu qu'une idée en tête : trouver d'autres cépages similaires et faire pousser sur le sol namurois du raisin 100% belge, pour en faire des vins exceptionnels".

Dix-sept ans plus tard, on peut dire que Philippe Grafé a gagné son pari! Son vignoble est devenu le plus grand producteur de vin rouge de Belgique, et sa cuvée préférée, la Butte aux Lièvres 2010, vendue dans les meilleures tables gastronomiques de la région.

/img/blog-images/article/3/Philippe cuverie 2 (1).jpg

Un vin belge qui n'a rien à envier à ses voisins

Le chemin pour y arriver a pourtant été semé d'embûches. Le vin rouge belge ne vient en effet pas à l'esprit des oenologues lorsqu'il s'agit de déguster des grands crus, et le préjugé du "vin peu ensoleillé et donc âpre" colle au vin belge dans l'esprit du grand public. Et c'était sans compter sur les aspects techniques et météoroliques que comportait une telle culture dans notre plat pays, plus habitué à la pluie qu'au grand soleil. "Mais j'avais la conviction que c'était possible, et c'est ce qui est le plus important, non?", confesse Philippe Grafé. Son secret pour avoir réussi à produire un vin rouge doux, épicé et si élégant en bouche? Des variétés spéciales de vignes, dont la période entre la floraison et la maturité est réduite de 100 jours (pour le Pinot noir, par exemple) à 85 jours. On en retire des vins vifs, avec une jolie acidité et une alcoolémie légèrement plus faible (11-12° contre 13-14° pour les vins du sud), ce qui ne les empêche pas de vieillir agréablement, tout en gardant un caractère bien spécifique et tout en finesse. "J'ai vraiment l'espoir de voir ces vins un jour reconnus comme le sont les crus français ou italiens", nous confie Philippe Grafé, qui croit dur comme fer en l'avenir du vin belge.

/img/blog-images/article/3/panorama du Domaine.jpg

Le bio et la consommation locale comme fer de lance

Il n'attend pas les bras croisés que le grand public change son avis de lui-même. Ses associés et lui ont investi pour doter leurs cultures de la fameuse appelation bio d'ici quelques années. "Nous sommes désormais en conversion bio, et le seront totalement d'ici 2019!".  Avec ces cépages résistants aux maladies, la conversion au bio était logique, voire même une question de bon sens. "C'était notre philosophie depuis le début : j'ai toujours voulu me passer d'herbicides et de cultiver ces vignes en respectant la nature", nous explique-t-il. Philippe Grafé a bien raison, d'autant plus que cette appelation bio rentre parfaitement dans cette tendance du "consommer bio et local" de plus en plus prisée ces dernières années. "Je suis fier de cette image 100% belge, voire même wallone, de produit du terroir. La preuve avec le nom de mes vins, qui reprennent ceux des animaux que l'on retrouve sur nos terres." Lièvre, héron, renard... la nature se retrouve décidemment partout au Domaine du Chenoy!

Envie de déguster un vin du Domaine du Chenoy, notre partenaire pour le salon de l’Horecatel au Wex de Marche-en-Famenne? Rendez-vous à notre stand 1a17 dans le Palais 1 sur le chemin vers la MasterStage!